Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience sur le site

Typologies Jungiennes

Pourquoi avons-nous plus de facilité à communiquer et travailler avec certaines personnes qu’avec d’autres ? Pourquoi sommes-nous stressés par certains événements alors que d’autres personnes les trouvent passionnants et stimulants ?

 

L’intérêt de l’humanité pour les typologies de personnalité n’est pas nouveau et remonte au moins à Hippocrate ! Mais la plupart des typologies et tests de personnalité aujourd’hui utilisés se basent en totalité ou en partie sur les travaux de Carl Gustav Jung.

Cet immense génie visionnaire a consacré sa vie à la psychologie analytique, mais a aussi exploré d’autres domaines des humanités : étude comparative des religions, philosophie, sociologie, allant jusqu’à la critique de l’art et de la littérature.

Il a introduit dans sa méthode des notions de sciences humaines puisées dans des champs de connaissance aussi divers que l’anthropologie, l’alchimie, l’étude des rêves, la mythologie et la religion. Si Jung n’a pas été le premier à étudier les rêves, ses contributions dans ce domaine ont été déterminantes.

 

Dans son ouvrage de référence « Les types psychologiques » (1921), Carl Gustav Jung définit trois grandes paires de caractéristiques de la psyché humaine, fondées à la fois sur sa pratique de la psychologie analytique, mais aussi sur une étude poussée de la différenciation psychologique au cours de l’histoire.

 

Selon ses observations, de nombreux comportements humains suivent en réalité des modèles clairs et prévisibles et sont liés aux préférences de chacun sur trois dimensions opposées :

  • L’orientation de l’énergie (Extraversion ou Introversion)
  • Les fonctions cognitives de recueil d’information (Sensation ou Intuition) et de prise de décision (Pensée ou Sentiment).

« La sensation (c’est-à-dire, le sentiment de perception) vous dit que quelque chose existe ; la pensée vous dit ce que c’est ; le sentiment vous dit si c’est agréable ou pas ; et l’intuition vous dit d’où il vient et où il va.». (C.G. Jung)

 

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, Katherine Briggs et Isabel Briggs Myers – mère et fille passionnées par les travaux de Jung – décident de construire un indicateur de personnalité à partir des types psychologiques. Ce projet de leurs deux vies sera formellement présenté en 1962, avec l’introduction d’une 4ème préférence sur le style de vie. C’est la naissance du MBTI®, la typologie jungienne la plus connue.

 

Plus que jamais actuelles, et transposables dans toutes les cultures, les typologies jungiennes montrent que nous avons tous des talents particuliers à proposer, et des difficultés à surmonter.

Il n’y a pas de bonne ou mauvaise préférence, et tous les types de personnalité peuvent développer une large palette de connaissances et compétences tout au long de leur vie.

Cette approche positive de la personnalité permet à chacun(e) de tirer parti d’une meilleure connaissance de soi et de faciliter les relations interpersonnelles, sans se limiter ou s’enfermer dans un comportement unique ou des stéréotypes.

Recevoir notre magazine trimestriel

Automne 2019 : S'Engager